Jésus

Est-ce que Max Gallo écrit en dormant ?  Plus de 100 livres : des romans, des suites romanesques, de la politique-fiction, des essais, des biographies et j’en passe.  Il est incollable sur les Romains, les Chrétiens, Louis XIV, Napoléon, Victor Hugo, la Résistance et le Général de Gaulle.  Il a commencé sa vie professionnelle comme mécanicien ajusteur et a, très tôt, milité au Parti Communiste.  Il fait ensuite des études d’histoire, obtient son agrégation et devient professeur.  Il publiera d’importants travaux de recherche, deviendra journaliste pour ensuite entrer en politique au parti socialiste en 1981.  Il sera chargé de la communication du 3ème gouvernement de Pierre Mauroy, sous le premier septennat de François Mitterrand.  Député européen, il quittera ensuite le parti de la rose en 1993 et se consacre entièrement à la littérature depuis 1995.  Il a été élu à l’Académie française en 2007.  Dans le récit qu’il vient de publier, il nous emmène, sur les terres rouges et fertiles de Galilée,  arpenter les oliveraies et suivre les chemins qui sinuent entre les ceps de vigne, les palmiers et les figuiers.  Nous découvrirons aussi les villages blancs accrochés au flanc des collines, dans la profonde vallée du Jourdain et sur les bords du lac de Tibériade.  Sur les traces du fils de l’Homme.  Celui qui nous a dit que nous étions le sel de la terre, la lumière du monde.  Qui nous promet d’être magnifiques et heureux quand on nous insultera, quand on nous persécutera et qu’on dira faussement toute sorte de mal contre nous, à cause de lui.  Et toc Mutien Léonard qui dit tout haut ce que personne ne pense tout bas ! Alors pourquoi parler de Jésus en 2010 ?  A Semaine Critique vendredi soir, Max Gallo s’est dit interpellé, à 78 ans, par les mystères de la vie et de la mort.  Il concède avoir rédigé cette synthèse des textes premiers avec la foi du charbonnier.  Il s’est dit fasciné par cet homme sans pouvoir, qui ne recherchait ni la puissance ni la gloire et qui était habité par le doute et le sentiment que l’Autre le valait bienMais un homme de la trempe de Max Gallo ne fait pas que dans le philosophique.  Une autre raison qui l’a poussé à écrire ce livre c’est l’Islam.  S’il est partisan du respect et de la révérence qu’il faut avoir à l’égard des autres croyances monothéistes, il est néanmoins soucieux que cette fascination pour des « religions nouvelles » ne nous fasse oublier que la chrétienté a été le ciment de la construction de la nation française.  Et ce, quelles qu’aient pu être les ruptures engendrées par la Révolution française.  Etonnant venant de quelqu’un dont le républicanisme ne peut être mis en doute.  Alors à qui allez-vous offrir le dernier MG ?  A ceux et celles de vos amis qui, cette année, se lancent au catéchisme.  Aux athées et infidèles, toutes croyances confondues.  Ne pas offrir aux agnostiques qui ne sauront vraiment plus sur quel pied danser.

Publicités

A propos newdavid

La vie est un long fleuve tranquille
Cet article a été publié dans Je lis un livre. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s