La Mer Morte

Kalia Beach, the lowest bar in the World, à moins 418 mètres sous le niveau de la Méditerranée, sur les rives du lac de Loth, cette mer qui est presque morte. Magnésium et sodium en abondance : c’est ici qu’il faut venir soigner ses rhumatismes si tant est qu’on trouve le courage de se jeter à l’eau. Comme l’ont fait mes amis étonnés tout à coup de ne plus savoir nager la brasse mais tout autant surpris que faire la planche n’avait jamais été aussi simple.

DSCF4517

Nous reprenons la route vers le sud. Entre la chaussée et le bord de la mer, le paysage devient lunaire. Le niveau de l’eau baisse d’année en année et, en se retirant, la mer laisse des poches de sel très peu résistantes qui s’effondrent au contact de l’eau douce. Depuis trente ans, ce sont plusieurs milliers de dolines et de cratères qui se sont formés engloutissant les espoirs des petits agriculteurs et des hôteliers du coin. Le monde est mal fait : ailleurs, dans les océans Indien et Pacifique, on a peur des eaux qui montent. Ici le drame c’est la mer qui se retire parce qu’elle n’est plus alimentée comme avant par le Jourdain qu’on détourne en amont et parce que l’eau utilisée autour du lac, dans l’exploitation en quantités industrielles du potasse, part en vapeur sans être recyclée. Il faut donc sauver cette mer qui n’est pas encore morte.

1167445-1506259

Les Etats-Unis, la France et le Japon ont financé d’importantes études sur la faisabilité d’un canal qui ferait venir ici les eaux de la Mer Rouge, ce qui serait l’occasion pour Jordaniens, Palestiniens et Israéliens de porter un projet commun. Comme la Banque Mondiale, Pharaon aurait certainement approuvé mais encore faut-il qu’économistes, capitalistes et écologistes soient sur la même longueur d’ondes sur les bienfaits du projet (Les volumes apportés seront-ils suffisants ? Quel sera leur impact sur l’environnement ? Comment intéresser le secteur privé au projet ?). Ce n’est pas gagné et, faute d’action, on craint le pire d’ici 2050 …

DSCF4504

Arrêt à Qumran où, au moment de la destruction du Second Temple à Jérusalem, les autorités religieuses se sont organisées pour mettre à l’abri, ici dans les premiers contreforts de la chaîne montagneuse autour de la mer, de nombreux écrits qui referont surface aux 4ème et au 8ème siècles et puis, beaucoup plus tard, au milieu du 20ème siècle. Si ces textes ne sont pas révolutionnaires en soi, ils ont néanmoins permis aux chercheurs de se faire une idée sur les différents courants au sein de la société juive : Saducéens, Pharisiens, Esséniens, Zélotes et … les premiers Chrétiens. En face, et un peu plus au sud mais on ne sait plus très bien où, la pécheresse Sodome et sa sœur jumelle Gomorrhe, cités de la Plaine que le Dieu de la Genèse ne portait pas dans son cœur. Un peu plus loin encore c’est la mythique Massada, aménagée par Hérode le Grand, quelques années avant la naissance de Jésus ou, pour être plus correct, avant notre ère commune. Parce que Jésus, après tout, serait né en moins cinq. Allez comprendre …

DSCF4471

Massada, forteresse presqu’imprenable.  Assiégés pendant 3 ans (au début des années 70) par la Xème des légions romaines, les derniers résistants sicaires de la Bello Judaico, choisissent de se donner la mort, juste avant l’assaut final donné par Flavius Silva, centurion incarné au cinéma par Peter O’Toole. Episode raconté par Flavius Josèphe, écrivain romain d’origine juive, étiqueté collabo par le peuple élu, mais qui voulait rehausser la réputation des Juifs auprès de l’opinion romaine devenue antisémite (« pourquoi donc ne vénèrent-ils qu’un seul dieu ? ») en glorifiant le suicide comme moyen de se libérer. Hmm, sujet dangereux à manier avec prudence : j’entends jusqu’ici résonner toutes les trompettes de Jéricho …

450px-Israel-2013-Aerial_21-Masada

En 1933, trois éducateurs du Kibboutz Naan en Palestine font l’ascension de Massada et l’un d’eux, Shmaria Guttman, peut-être grisé par les vues imprenables du sommet aux premières lueurs de l’aube, se dit que Massada n’est après tout pas synonyme de terrible défaite héroïque mais au contraire devrait devenir un symbole fédérateur pour la diaspora. Après la Shoah, les hommes qui accèderont au pouvoir en Israël seront pour la plupart des généraux sionistes, athées et socialistes qui voudront, au moment de l’indépendance, créer un citoyen juif « nouveau ».  Au départ, l’opinion prédominante des autorités du jeune Etat, c’est qu’il faut mettre en avant un des rares moments de la guerre où les Juifs se sont révoltés contre la barbarie nazie, la tragédie du Ghetto de Varsovie.

135_C

Mais ensuite, un des pontes du pouvoir, Ygael Yadin, commandant en chef de Tsahal jusqu’en 1952, va pousser le bouchon plus loin. Yadin a très vite compris comment utiliser l’archéologie biblique à des fins politiques : chaque nouvelle découverte est immédiatement annoncée par la presse et la radio. D’un côté c’est du contenu qui fait vendre, de l’autre cela permet de taper sur le clou : ceci est la Terre de nos ancêtres et on ne bougera plus. Les nouvelles recherches archéologiques sur le site de Massada, dirigées par Yadin entre 1963 et 1965, déboucheront sur la découverte de quelques ossements (juifs ? romains ?). Tout ceci encouragera les adeptes de Guttman de construire un modèle de citoyen dynamique et résistant qui jamais plus ne se laissera marcher sur les pieds.

DSCF4419

Depuis cinquante ans, Massada figure donc au hit-parade des destinations de voyages scolaires. Durant leur service militaire, les têtes un peu moins blondes, reviennent ici, toutes armes confondues, font l’ascension du mont par le chemin du serpent pour ensuite jurer obéissance et fidélité, convaincus qu’ils sont qu’il vaut mieux mourir debout que vivre à genoux. Et que plus jamais Massada ne tombera … Mais les Colombes en Israël n’ont jamais mangé de ce pain-là : elles argumentent que les Sicaires retranchés en haut de la falaise étaient des voyous, qu’ils vivaient de meurtres et rapines, qu’il ne faut pas les prendre en exemple, que le seul témoignage de Flavius Josèphe, qui avait choisi le confort d’une prison dorée à Rome, ne vaut pas grand-chose, que mettre Massada sur le même pied que Varsovie c’est limite, que la fin ne justifie pas les moyens et que, à la longue, ces attitudes belliqueuses déforcent le sionisme.

Publicités

A propos newdavid

La vie est un long fleuve tranquille
Cet article, publié dans Je pars en voyage, Jerusalem, Proche et Moyen Orient, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour La Mer Morte

  1. gvw@aol.com dit :

    Merci David! Heureux de te lire dans les frimas moscovites. Bien amicalement. Gauthier

    Envoyé depuis AOL Mail sur mobile

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s